Logo de L'Atelier JML en arts visuels et méditatiques avec le nom de l'artiste, Josée Marie-Lise Robillard et ses spécialités artistiques.

Photographie

La photographie est mon premier choix parce qu’il me demande beaucoup moins de temps, d’investissement ou d’efforts que les autres médiums pour réaliser une œuvre. De plus, il est facile, rapide et à portée de mains. Par dessus le marché, c’est le meilleur témoin du passé ainsi que du présent; présent qui devient du passé en une fraction de seconde.

 

J’ai débuté la photographie professionnelle lorsque j’étais journaliste. L’obligation de passer inaperçue, les contraintes d’éclairage ambiant (ce qui inclue l’interdiction d’utiliser le flash), l’urgence d’action avec la véracité de l’image marquent encore aujourd’hui ma manière de réaliser mes clichés, et ce, même si je ne travaille plus pour aucun autre périodique qu’Au/Pignon depuis plusieurs années. Puisque que je devais me déplacer rapidement et souvent, j’ai appris à me passer du trépied comme de me contenter d’un petit appareil (un Canon EOS) accompagné de deux objectifs sans prétention.

 

Étant donné que j’offre une place de choix à l’imperfection, je présente souvent des clichés flous, mal cadrés, dont les couleurs sont ternes, remplis de bruits, etc., au même titre que les « réussies ». Il suffit que l’image serve d’une manière quelconque la thématique développée pour qu’elle se retrouve dans la série.

 

J’aime amalgamer l’ancien avec l’actuel. En ce sens, je m’inspire parfois de la vision de photographes qui ont marqué l’histoire – comme Marey, Nadar, et Mili – mais en utilisant la technologie moderne ainsi qu’une approche technique et une vision actuelle qui me sont personnelles. Voici un exemple : Je fais du lightpaintig à la manière de Gjon Mili. C’est-à-dire que je décortique des mouvements sur la même image. Sauf que deux éléments font que mes photos diffèrent de celles de Mili :

1. Je ne cherche pas à comprendre le mouvement ni la manière qu’on bouge. Je joue avec différentes positions pour obtenir des effets particuliers.

2. Mili capturait plusieurs images sur le même négatif. Cela est impossible avec un appareil numérique. Pour obtenir un effet comparable, je règle mon appareil sur une exposition longue et je mets en fonction une lumière assez forte qui clignote.

 

Voici un autre exemple. La cyanotypie date du XIXe siècle. À l’époque ont fabriquait un négatif sur une plaque de verre pour imprimer la photo sur papier par la suite. Moi, je tire mes images sur tissu sur lequel je répands du sel, avec du sable ou d’autres objets en guise de négatif.

 

Finalement, je maroufle au Paverpol sur une toile ou une plaque de bois mes tirages de qualité archive que je signe et que je numérote. Parfois, je crée un cadre textile. Cette finition dépend de l’effet recherché.

 

Commandez une photo d'art par courriel ou par téléphone : creation@latelierjml.com  819 574-9368.
 

Toutes les œuvres d'art vendues sont signées et accompagnées d'un certificat d'authenticité.

 
Détails concernant les photos vendues :
 
  • Le format varie selon l’œuvre,
  • Les œuvres photographiques ne sont pas vendues dans d'autres formats que celui que j'ai déterminé,
  • Le tirage des photos est limité et numéroté,
  • Le tirage est de qualité archive et muséale,
  • Les photos vendues sont soit
    • Encadrées de manière professionnelle avec vitre anti UV et un espace sous-vide entre l'image et la vitre;
    • Marouflées au Paverpol sur une toile et traitées avec un anti UV.

Photographies d'art en vrac sorties de leur démarche artistique et de leur contexte de production.

Pour voir les œuvres photographiques dans leur contexte,

s'il vous plaît, consultez la page des travaux thématiques.